Les 4 accords Toltèques appliqués à la parentalité selon moi

Cela fait un petit moment que le  livre Les quatre accords Toltèques de Don Miguel Ruiz me faisait de l’oeil. Et puis je suis tombé dessus en librairie alors voilà 🙂

En fait les 4 accords me semblaient très juste alors j’ai eu envie d’en savoir plus.

Par contre, ce n’est pas forcément un livre que je conseille aux personnes qui sont très cartésienne ou qui débutent dans le développement personnel (quoi que, du moment qu’on est ouvert d’esprit et qu’on sait laisser de côté ce qui nous plait pas 🙂 )

Et puis, c’est les vacances alors je change un peu de mes articles habituels 🙂

Durant la lecture de ce livre, très vite cela à fait écho à mon rôle de parent même si ce n’est pas directement l’objectif du livre.

Alors je vais te présenter les 4 accords Toltèques et te dire en quoi je le relie à la parentalité.

 

1. Que votre parole soit impeccable

« L’esprit humain est semblable à une terre fertile dans laquelle des graines sont continuellement semées: des opinions, des idées et des concepts. Vous plantez une graine, une pensée et elle croît. La parole humaine est une graine, et l’esprit humain est si fertile! Malheureusement, il s’avère souvent très fertile pour les semences de la peur. » p47

La parole est très importante et l’expression « mieux vaut tourner 7 fois sa langue dans sa bouche avant de parler » est très juste.

En effet, nous sommes parfois emporté par nos émotions et pouvons blesser autrui, parfois sur du très long terme.

Cela est valable avant tout pour soi même. Soyons juste avec nous même et ayant d’avantage de parole positive pour nous même.

Pour cela, je pense qu’il est important d’éviter de poser des étiquettes aux enfant (il est maladroit,…). Généralement, c’est auto prédictif et ça enferme l’enfant dans un rôle.

Egalement, quand nous parlons en terme négatif. De plus, pour une meilleur communication, mieux vaut parler en terme positif que négatif. Ca marche pour les enfants mais aussi pour les adultes.

Si je te dit: Ne pense pas à un éléphant rose. Tu penses à quoi? Bah oui, évidemment 🙂

Plutôt dire, pense à un lapin bleu. Mais ce n’est pas une chose aisée surtout quand on doit remettre en cause un fonctionnement de toute une vie. Il faut y aller doucement mais surement 🙂

Par exemple, ma phrase favorite, c’est laisse tranquille … Au lieu de ne touche pas 🙂

Et puis dire des choses comme « tu n’es pas gentil » ne va pas aider l’enfant à avancer ou modifier son comportement. Il reprend un peu les étiquettes et la négation. Mieux vaut parler sur le comportement de l’enfant qui n’a pas plu que de remettre en question l’enfant dans sa totalité. C’est comme pour nous.

Mieux vaut qu’on nous dise, « dans ce dossier, tu as oublié d’aborder tel aspect ce qui fait que ton rapport n’est pas très compréhensible » que « c’est vraiment trop nul, on comprend rien à ton rapport ». C’est quand même plus constructif et donne des indications sur ce que l’on attend de nous. (Maintenant faut mettre en pratique 😉 )

Enfin « Que votre parole soit impeccable » est un but atteindre et comme toute chose, il faut y aller doucement mais surement.

L’exemple précédent introduit aussi l’accord suivant.

2. Quoi qu’il arrive, n’en fait pas une affaire personnelle

« Je ne prends rien de ce qui m’est dit ou de ce qui m’arrive de façon personnelle. Ce que vous pensez, ce que vous ressentez, c’est votre problème, pas le mien. C’est votre façon de voir le monde. Cela ne me touche pas personnellement, parce que vous n’êtes confronté qu’à vous-mêmes, pas à moi. D’autres auront une opinion différente, selon leur système de croyances; donc, ce qu’ils pensent de moi ne concerne pas vraiment ma personne, mais eux-mêmes. » p66

Alors tu vas me dire « Ok, c’est beau en théorie, ça mais en pratique c’est quand même un peu plus compliqué non? » Je suis bien d’accord, mais je vois ça comme tendre vers et puis personne n’est parfait hein 😉 Mais on reverra tous ça dans le 4ème accords 😉

Alors, qu’est ce que ça veut dire tout ça? Bah en gros, j’ai envie de dire : Lâcher prise.

Sans le savoir j’ai commencé à appliquer cet accord depuis quelque temps déjà et bah ça libère sacrément le cerveau. D’ailleurs je pense que la méditation va dans ce sens. Mettre le cerveau sur pause pour arrêter de cogiter, observer ses pensées et se recentrer sur l’instant présent.

Donc cet accord est valable avec nos enfants car quoi qu’on veuille bien en penser, nous ne sommes pas complètement le centre de leur monde (hormis les premiers mois) et puis ils évoluent aussi avec leurs propre pensées et souhaits. Et puis quand ils balancent « De toute manière, je t’aime pas » On est bien d’accord que ce n’est pas de ça dont il s’agit mais c’est leur manière d’exprimer à ce moment donné que quelque chose ne va pas.  (Après, à nous d’aller chercher quoi. Aller courage !).

Mais c’est aussi et surtout valable avec tout l’entourage plus ou moins proche/ professionnel  » tu devrais faire comme-ci » « faire comme ça » et puis si tout le monde se contredis c’est encore mieux!

Alors dans ce cas, si je peux me permettre écoute-toi et fait ce qui te semble juste.

Et on garde en tête tel un mantra : ça concerne uniquement la personne qui me fait cette remarque mais ne me concerne pas moi. Et on respire un grand coup 🙂

3. Ne faites pas de suppositions

« Lorsque nous ne comprenons pas une chose, nous faisons une supposition quant à sa signification, et, lorsque la vérité se fait jour […] nous découvrons que les choses n’étaient pas du tout comme nous pensions. » p76

Personne n’est télépathe alors on souhaite quelque chose: on demande !

En effet, mieux vaut poser des questions que faire des suppositions ou des interprétations. C’est aussi pour ça qu’il est important de communiquer clairement (Cf accord n°1)

Mais bon, je reconnais qu’il n’est pas toujours évident de demander. Parfois, on pense que c’est parce que c’est nous qui avons mal compris et puis, ce n’est pas non plus toujours possible. Mais mieux vaut clarifier la situation quand c’est possible que de partir sur des malentendus.

Et je pense que ça on peut l’appliquer là encore avec nos enfants mais également avec n’importe quelle personne.

4. Faites toujours de votre mieux

« continuez à faire de votre mieux: ni plus, ni moins. Si vous vous acharnez à vouloir faire davantage que votre mieux, vous vous dépenserez plus d’énergie qu’il n’en faut et en fin de compte votre mieux s’avèrera insuffisant. Lorsque vous en faites trop, vous vous videz de votre énergie et vous agissez contre vous même, avec pour conséquence qu’il vous faut d’avantage de temps pour atteindre votre but. Mais si vous faites moins que votre mieux, vous vous exposez aux frustrations, au jugement personnel, à la culpabilité et aux regrets. »

« Faites donc simplement de votre mieux, quelles que soit les circonstance de votre vie. Peu importe que vous soyez fatigué ou malade, si vous faites toujours de votre mieux, il vous est impossible de vous juger. Et si vous ne vous jugez pas, il n’est pas possible de subir la culpabilité, la honte et l’autopunition. » p 86

Je pense qu’il faut être humble avec soi-même aussi en terme d’éducation de nos enfants. Ne pas mettre la barre trop haut, toujours essayer de faire de notre mieux. Se tromper, recommencer, c’est ça la vie.

Et puis le mieux d’aujourd’hui, ne sera pas le mieux de demain, le contexte et notre état joue beaucoup. Juste faisons de notre mieux.

Nos enfants n’attendent pas de nous que nous soyons parfait. Et heureusement, sinon quelle pression ils auraient sur leurs épaules !

Les 4 accords toltèquesappliqué à la parentalité

Enfin, surtout, ce que j’ai retenu de ce livre c’est que c’est souvent la PEUR qui guide nos choix et notre comportement. Or il ne me semble pas qu’elle soit bonne conseillère. Mais paradoxalement, elle permet de se rassurer.

Personnellement, cela fait un moment que j’ai décidé d’arrêter d’avoir peur pour vivre plus pleinement.

Alors, je vais pas te mentir, j’ai toujours des peurs mais j’essaie de les combattre doucement mais surement. Je me sent beaucoup plus libre depuis.

Bon d’autres personnes ont surement fait une meilleure analyse que moi de ce livre, mais je voulais en parler ici, comme pour garder une petite trace. Alors, prend ce qui te plait et laisse le reste 😉

Si tu veux discuter de tout ça en commentaire, c’est avec plaisir 🙂

Publicités

11 réflexions sur “Les 4 accords Toltèques appliqués à la parentalité selon moi

    • Avec plaisir. Oui, je pense qu’il faut arrêter de vouloir trop en faire. Parce qu’à un moment où à un autre ça conduit au burn out. Et c’est franchement pas la but. De son mieux c’est très bien 😀

      J'aime

  1. le travail sur la parole impeccable et un travail de fourmi , car pour ma part les réflexes venant de ma culture familiale sont latents ….alors je suis dans la pondération le plus possible pour réfléchir avant de parler et cela est valable à tout âge de l’enfant , bébé ou ado ….ou adulte 🙂
    c’est quelque chose de très prenant que ce travail !

    Aimé par 1 personne

    • Oui je suis bien d’accord qu’il est vraiment pas facile celui là. Mais en faisant de son mieux on s’améliore doucement mais sûrement. (bon ça n’empêche pas les rechute non plus) 😉

      J'aime

  2. je suis particulièrement en phase avec le cas des suppositions…combien de fois interprète t-on les dires de l’enfant ou ce qu’il « a voulu montrer ». ce n’est pas facile pour autant mais c’est une habitude dont j’essaie de me défaire

    Aimé par 1 personne

  3. Merci pour le résumé ! C’est un livre très cher à une amie très chère mais je n’ai toujours pas pris le temps de le lire. Et ton préavis sur les personnes cartésiennes (moi à 2463%) (OK ce pourcentage n’est pas très cartésien) me fait peur. Mais ton résumé m’a donné envie de pousser ! (et comme toi, je ne pourrais m’empêcher de le lire sous le spectre de la parentalité je pense !)

    Aimé par 1 personne

    • Oui, après on est pas obliger d’adhérer à tout. A la base je suis plutôt cartésienne même si je m’ouvre à d’autres choses depuis quelques temps et quand on pousse un peu, c’est pas deconnant et ça explique pas mal de chose. Mais ça implique sortir de sa zone de confort intellectuelle et c’est vraiment pas facile. Enfin, je suis vraiment qu’au début du chemin de la spiritualité 😁

      J'aime

  4. Je ne connaissais pas du tout et en même temps ces 4 principes me parlent ! Sans forcément les appliquer à la lettre je pense que ça éviterait beaucoup de malentendus, de disputes et de culpabilité si on essayait de tendre vers cet idéal, et ce dans tous les domaines !

    Il est par exemple très facile de faire des suppositions, de penser que la personne a dit ça car elle sous entendait que…on se fait souvent des films pour pas grand chose !

    Le lâcher prise est souvent le plus dur pour moi, accepter que tout n’est pas sous mon contrôle, ne pas en faire une affaire personnelle..j’ai encore beaucoup de travail à faire sur moi-même !
    bises

    Aimé par 1 personne

    • Oui, c’est vrai que ces accords sont vraiment très parlant, c’est pour ça que j’ai voulu en savoir plus. Et comment tu le dis très bien le plus difficile est de passer à l’action. Mais doucement mais sûrement et surtout faire son mieux. Pour moi c’est le plus important. Et cela évite de se mettre trop de pression et de culpabiliser. Maintenant y a plus qu’à 😊

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s